AUX SOURCES D’ALÉSIA : RETOUR D’EXPÉRIENCE ET PISTES DE RECHERCHE À DIJON

 

Les archives d’Alésia, archives vivantes

Comme pour le mobilier découvert, l’histoire de conservation des archives de fouilles d’un site archéologique est rarement linéaire. Intimement liée à la vie des chercheurs et des sociétés qui les ont produites, elle est aussi tributaire du regard porté sur ces documents au statut juridique variable.

Les archives de fouilles sont souvent la seule possibilité de « documenter l’absence »1 , pour une discipline qui détruit son objet à mesure qu’elle l’explore. Cette particularité explique le temps consacré par les archéologues, sur le terrain et en dehors, à rassembler les sources disponibles, parfois très anciennes, et collecter soigneusement les données brutes de leur activité. Les archives de la recherche archéologique, plus que toute autre type de documents, répondent à un double impératif de conservation et de ré-exploitation des données. Elles restent donc vivantes pour les archéologues bien après l’expiration de leur durée d’utilisation initiale. On comprend mieux ainsi pourquoi, avant les possibilités de numérisation actuelles, ces archives n’ont pas été versées dans les dépôts de conservation définitive, mais plutôt conservées dans les centres de recherche, au plus près des besoins des archéologues et des conservateurs du mobilier.      

Panorama des archives de fouilles d’Alésia

Les archives des toutes premières explorations réalisées sur le site d’Alésia au temps où les « antiquaires » puis les préfets et notaires jouaient le rôle de directeur des fouilles et d’archéologues ont été repérées et rassemblées sous forme de collection à l’époque de la gestion du site par la Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois. Certains de ces documents ont visiblement été distraits de fonds constitués, publics ou privés (archives de la sous-préfecture de Semur-en-Auxois ou peut-être de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or), ce qui ne se ferait plus aujourd’hui. Les documents étant bien identifiés et valorisés en tant que collection, il a été décidé de ne pas les réintégrer dans leurs fonds d’origine. Ces documents sont actuellement consultables à la Bibliothèque Alésia à Dijon, tandis qu’aux Archives départementales se trouvent les fonds d’érudits complets de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or (69 J).

Les archives des opérations menées sous le Second Empire sont réparties en différents lieux. Les plus emblématiques sont l’œuvre de la Commission de Topographie des Gaules, dont le fonds, extrêmement démantelé et dispersé, a pu être reconstitué virtuellement par la numérisation et la mise en ligne des documents repérés et identifiés au terme d’une véritable enquête. À la Bibliothèque Alésia sont conservées plusieurs fonds de correspondance de cette époque ainsi que des plans dressés par Paul Millot, agent-voyer de Flavigny et directeur technique des fouilles.

Les documents relatifs aux recherches archéologiques menées à partir de 1905 et jusqu’en 1958 sont répartis entre deux fonds principaux qui correspondent aux deux acteurs de la recherche archéologique de cette période, à savoir la Société des Sciences, dont le fonds est actuellement conservé à la Bibliothèque Alésia, et le commandant Espérandieu, dont les archives se trouvent à la fondation Flandreysy-Espérandieu au Palais du Roure, à Avignon. Des échos de ces recherches sont à rechercher aussi dans les dossiers d’érudits de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or déjà mentionnés ci-dessus.

À partir de 1958 et jusqu’en 1986, la direction des fouilles et la conservation des musées d’Alésia sont confiées à l’Université de Dijon, en la personne de Joël Le Gall, professeur à Dijon puis à la Sorbonne. Animé par la volonté d’adosser au site archéologique un centre de recherches moderne, qui permettrait de renouveler et développer les connaissances sur Alésia, il recense et collecte les documents hérités de la Société des Sciences et ceux conservés dans les familles des acteurs des fouilles. Il déploie une activité d’identification des sources d’Alésia dans les différents dépôts d’archives connus et s’attache surtout à la constitution d’archives comme matériau pour la recherche. Élisabeth Rabeisen, ingénieure d’études et conservatrice du Musée Alésia à la suite de Joël Le Gall, poursuit son œuvre.

Pour la période récente, un fonds original est à signaler, celui de René Goguey. Pionnier de l’archéologie aérienne en France, cet ancien militaire et enseignant a survolé pendant près d’un demi-siècle, les sites archéologiques de Bourgogne et notamment le Mont-Auxois, à la recherche des traces laissées par les vestiges dans le paysage. L’ensemble de ses archives a été légué aux Archives départementales de la Côte-d’Or en 2015. Il laisse une aérophotothèque de quelques 3500 clichés rien que pour Alésia (35 Fi).

La constitution des archives de la Bibliothèque Alésia (Dijon)

La démarche de Joël Le Gall est une démarche plus universitaire et intellectuelle qu’archivistique, à une époque où la fonction archives et documentation n’était pas identifiée en tant que telle dans les institutions muséales ou les services de recherche, mais où la rationalisation des processus gagne tous les pans de l’activité humaine.

Une première synthèse des archives produites par les fouilleurs d’Alésia avait été publiée par la Commission des fouilles d’Alésia, créée en 1906 par la Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, mais les originaux n’ont jamais été conservés au siège de la Société, la Tour de l’Orle d’Or. Avant la création du centre de recherches des Fouilles d’Alésia à l’Université de Bourgogne, il n’existait donc pas de lieu unique de conservation et de consultation de ces documents. Chacun des membres de la commission conservait la documentation qu’il avait lui-même constituée. La destinée de ces archives était alors menacée par le décès ou le déménagement de leur propriétaire et leur préservation tenait parfois à des sauvetages de dernière minute. Joël Le Gall fait de la collecte et de la conservation des archives de fouilles d’Alésia l’un des axes majeurs de sa mission, comme il explique en 1963 :

« Le souvenir de ces recherches s’effaçait, leurs résultats allaient être perdus pour la science, c’est pourquoi il m’a paru indispensable, comme une des premières tâches, de réunir leurs archives, imprimées et surtout manuscrites ».

Sa quête inlassable de documents auprès des chercheurs, avec l’aide de certains membres de la Société des Sciences, est chroniquée dans les Bulletins des années 1960-1970. Ces documents manuscrits étant au plus proche de la fouille, ils sont dès lors considérés comme de précieux matériaux de mémoire et d’étude. Ce qui n’apparaît pas toujours dans ces publications, mais que l’on identifie par l’observation des documents originaux, c’est l’action des « petites mains » souvent anonymes (secrétaires, collaborateurs ponctuels) qui ont patiemment recensé, dactylographié et protégé ces originaux pour qu’ils arrivent jusqu’à nous.

Avec la création d’un service départemental pour la conservation des collections du musée et la mise en valeur du site d’Alésia, les collections de mobilier archéologique de la Société des Sciences de Semur-en-Auxois sont transférées au Département de la Côte-d’Or. Les fonds d’archives conservés au centre de recherches d’Alésia à l’Université sont versés au Département en plusieurs étapes entre juin 2003 et juillet 2005. L’Université en conserve une copie à titre de documentation de proximité pour les chercheurs. Pour le personnel du Département, les archives sont souvent la seule source de connaissance des contextes de découverte du mobilier et constituent la mémoire des recherches menées sur le site. Les archives originales sont régulièrement mises en valeur pour elles-mêmes dans le cadre d’expositions, mais aussi sous forme de reproduction en décors de cimaises ou comme illustration de dispositifs audio-visuels et multimédia.

La Cellule Développement du Site d’Alésia (CDSA), Département de la Côte-d’Or


Au sein du pôle Ressources du Département de la Côte-d’Or, la Cellule Développement du site d’Alésia (CDSA) assume la sauvegarde des vestiges de la ville gallo-romaine (en partie classés Monument historiques) et du mobilier archéologique (en partie inscrit à l’inventaire Musées de France). Elle est propriétaire du Musée Alésia, ancien musée de la Société des Sciences dans le village d’Alise-Sainte-Reine, et du centre d’interprétation du MuséoParc Alésia, confié en délégation de service public à une société publique locale (SPL) chargée du développement commercial, touristique et culturel du site d’Alésia.

Au sein de la CDSA, la Bibliothèque Alésia existe comme centre de ressources pour la connaissance du site et des collections et lieu d’accueil des chercheurs.    

L’inventaire des archives : une démarche matérielle et intellectuelle

Au tout début des années 2000, Élisabeth Rabeisen dresse un panorama typologique de toute la documentation rassemblée à cette date et donne des perspectives de recherche2 . Le fonds aujourd’hui conservé à la Bibliothèque Alésia se répartit en différents ensembles qui reflètent la vie du site archéologique :

  • Documents de terrain : carnets et journaux de fouilles avec photographies et croquis, y compris des journaux étudiants, rédigés dans le cadre des chantiers-école ;
  • Documents de préparation à la publication : minutes de rapports de fouilles et rapports de fouilles dactylographiés remis au directeur des fouilles année après année, épreuves de manuscrits de thèses, épreuves d’articles et les clichés d’illustration, plans mis au net ;
  • Documents relatifs à l’élaboration des recherches : prises de notes, transcriptions de documents originaux conservés dans d’autres dépôts, correspondance scientifique ou amicale ;
  • Documents relatifs aux événements divers animant le site d’Alésia : invitations, menus, correspondance mondaine, etc.

Les plans anciens ont été rassemblés et classés dans les années 1980 par Pierre Varène et Albéric Olivier, successivement responsables du bureau d’architecture antique de Dijon, puis indexés et numérisés par Jonhattan Vidal en 2010, en plus des plans et dessins les plus complets associés aux fouilles des années 1957 à 2000.

Les nombreuses photographies réalisées par les fouilleurs ne sont pas toutes intégrées à leurs journaux ou rapports. Les clichés argentiques et négatifs se présentent sous forme de liasses rangées dans de petites boîtes, parfois regroupées sous enveloppes. La majorité des diapositives des fonds récents a été inventoriée et reconditionnée. Une partie est numérisée. Le fonds ancien de photographies sur plaques de verre de la Société des Sciences a été entièrement décrit par Elisabeth Rabeisen et inventorié dans le cadre d’un plan État-Région.

Depuis le début des années 2000, de nouveaux documents ont été confiés à la Bibliothèque Alésia. Il s’agit non seulement des rapports de fouilles préventives et programmées année après années, mais aussi de fonds uniques ou inédits, dans la continuité de l’œuvre de Joël Le Gall : nouvelles archives de chercheurs : Jacky Bénard (1975-1986), Patrice Wahlen (1985-1993) et Michel Reddé (1991-1997), documents préparatoires de publications souvent inédites, comme celle de Michel Mangin sur les inscriptions d’Alésia (1977-1981).

Par ailleurs le fonds s’est enrichi par la collecte d’originaux, acquis par le Département de la Côte-d’Or sous forme d’achats ou de dons. Citons sans exhaustivité, les lettres de Jules Toutain à Henri Pernet, les dossiers personnels de Guillaume Fourrier sur Alésia (2012), une monographie manuscrite inédite de Jean-Louis Bazin sur Alise-Sainte-Reine (2019), deux ensembles de clichés en partie inédits sur plaques de verre (2019 et 2021), plusieurs portraits de personnalités liées à Alésia, des estampes originales des XVIe et XVIIe siècle, des cartes postales anciennes.

Le fonds atteint aujourd’hui une vingtaine de mètres linéaires pour les archives textuelles, dont plus d’une dizaine de milliers de pages manuscrites originales numérisées dans le cadre du projet, et environ huit mètres linéaires pour les photographies et plans. Une présentation synthétique du fonds, réalisée en 2019, est disponible sur le site du MuséoParc.

L’inventaire détaillé des archives, incluant une description physique des documents, était un préalable nécessaire à la préparation de la campagne de numérisation. Il a permis de repérer les priorités de numérisation et d’anticiper certaines difficultés ou particularités : reliures fragiles, présence de photos ou de dessins en noir et blanc ou couleur. Un inventaire pièce à pièce existait déjà pour la majeure partie du fonds d’archives textuelles : cahiers et journaux manuscrits, épreuves dactylographiées, correspondance. Il a été complété avec les dernières entrées et normalisé pour correspondre aux exigences des normes professionnelles de description des fonds d’archives (norme ISAD-G). L’inventaire complet sera mis en ligne sur le site des Archives départementales ultérieurement.

 

Dématérialiser l’archive

Au cours de l’année 2021, deux campagnes de numérisation (respectivement en juin et octobre), d’une durée d’une semaine chacune, ont été menées auprès de la Cellule de Développement du site d’Alésia à Dijon, sur le lieu même de conservation de ces archives.

L’essentiel du corpus n’avait jamais été digitalisé, à l’exception de quelques-unes des pages les plus représentatives, numérisées en 2009 puis 2017 par un photographe professionnel dans le cadre d’un balayage diachronique des fonds. L’objectif était donc de procéder à une numérisation de grande envergure, exhaustive et systématique, laquelle ne se ferait cependant pas au détriment du rendu final du document. Il était ainsi nécessaire d’opter pour une solution alliant rapidité et qualité d’exécution, en l’absence d’une solution adéquate sur place.

L’acquisition des données manuscrites

Notre choix s’est porté sur un scanner à pied coulissant, léger et facilement transportable, mis à disposition par l’UMR ARTEHIS de l’université de Bourgogne, partenaire du projet CARDO. Créé pour les besoins des généalogistes dans leur travail d’archives, ce scanner permet techniquement de capturer un document par seconde pour une résolution atteignant 2592 x 1944 pixels. Le document est posé à plat et photographié de manière zénithale. Si le résultat est tout à fait satisfaisant pour les formats A4 ou inférieurs, la perte de qualité est plus sensible pour les formats plus grands, et le scanner alors moins adapté aux objectifs du projet.

La plupart des carnets, à spirale ou dotés d’une reliure souple, n’ont pas posé de problèmes de traitement majeurs. En revanche, ceux présentant une épaisse bordure — et plus encore les petits carnets de poche de Victor Pernet (de 13,7 x 8,5 cm à 16,7 x 10,5 cm) — ont tendance à se refermer naturellement. Il était donc indispensable de maintenir le document en place sans l’endommager : nous avons pour cela eu recours à un verre de musée qui a joué le rôle de vitre anti-reflets afin d’en aplanir délicatement la surface. Par ailleurs, si le scanner propose une option de détection automatique du document (avec détourage et redressement automatique des fichiers), nous n’y avons pas eu recours car elle aboutissait à rogner les bords de page, gommant d’une certaine manière la matérialité du support et donc une partie de son identité. En contrepartie, il a fallu faire attention au cadrage et à l’horizontalité du texte à chaque prise de vue, ce qui a ralenti le processus de numérisation. De même, notre calendrier de travail a été fortement conditionné par la luminosité naturelle des lieux, qui nous a offert les meilleurs résultats. Changeante d’une heure à l’autre et d’un jour à l’autre, celle-ci a pu être épisodiquement complétée par un éclairage artificiel, permis par les 8 LED fixées autour de l’objectif. Mais d’une part cela débouchait sur un rendu assez pâle des photos, et d’autre part cela n’était pas compatible avec l’usage de la vitre dans laquelle la lumière se reflétait. Nous avons par conséquent cherché autant que possible à privilégier la première solution.

Tout en présentant ainsi de réels avantages et quelques contraintes et limites, cet appareil nous a permis de numériser jusqu’à 1200 fichiers par jour, directement renommés à la racine même du dossier, épargnant de la sorte un travail ultérieur de légendage. Au total, ce sont près de 6500 documents qui ont été traités au cours de ces deux missions, soit 21 Go de données.

La documentation photographique

Le scanner dont nous disposions n’était cependant pas adapté au traitement de la documentation photographique, constituée d’une grande variété de supports : des négatifs, des diapositives et de nombreux tirages papiers. Les deux premiers formats requièrent même un appareillage spécifique. Si plusieurs tentatives ont été faites, les résultats ont été globalement médiocres : dans l’ensemble, on observe un véritable problème de versement des couleurs qui ont largement vieilli ou sont fortement saturées. Un traitement colorimétrique des fichiers aurait alors été nécessaire et aurait demandé l’implication d’un professionnel. En outre, les films négatifs se présentent tantôt sous la forme de longues bobines, tantôt découpés à l’unité. Il s’est alors révélé difficile et assez contraignant de les disposer correctement sur l’appareil, mais aussi d’en identifier l’envers de l’endroit. On a préféré privilégier la numérisation des tirages-papier, très nombreux, tout en éliminant les doublons des fichiers numériques.

Fouille 1962 – “Quartier Cave 1959”

La documentation photographique antérieure à 1958 – celle des fouilles de Victor Pernet, Henri Pernet, Maurice Tardivon, etc. – a fait l’objet d’une campagne de numérisation, confiée au studio La Griffe entre 1999 et 2003, dans le cadre d’un plan État-Région. On s’est donc penché en priorité sur les fonds plus récents, relatifs aux fouilles supervisées par Joël Le Gall dans les années 1960-1970. Pour ceux-là, nous avons utilisé un scanner à plat, de type Canon 9000F, également utilisé dans les milieux professionnels. Plus lent dans son processus, cet appareil nous a permis de numériser jusqu’à 4 photographies par minute, en haute définition (800 dpi). Les négatifs et diapositives pour leur part ont été numérisés en 2400 dpi. Le travail est à ce jour seulement entamé : 6 boîtes sur 55 ont été traitées. Le reste fera l’objet d’une prochaine campagne. Toute cette documentation est pour le moment déposée sur le serveur du projet en attente d’être transcrite et étudiée plus en détail. Au revers, les photos sont abondamment commentées, ce qui permet d’identifier précisément les clichés : tout un travail de légendage est par conséquent à faire. Il est également en cours.

 

Dans l’intimité des carnets : logiques et évolutions des pratiques d’enregistrement 

Les observations faites au cours de ce travail d’inventaire et de numérisation permettent de développer quelques considérations, pour le moment sans prétention aucune d’y apporter toujours des réponses satisfaisantes, sur la nature de cette documentation (manuscrits, rapports de fouilles dactylographiés, clichés) et certaines de ses grandes caractéristiques. On s’intéressera ici essentiellement à la question des carnets de fouilles.

Les fonds Pernet, Toutain (par lequel sont arrivés les archives Tardivon et Maillard), Le Gall, Mangin et Sénéchal ont livré une riche documentation de fouilles manuscrite qui s’articule autour des journaux de fouilles, tenus au jour le jour, et rédigés sur des cahiers à spirale ou reliés.

Cahier Henri Pernet 1939, p. 10-11

Si chaque carnet et cahier présentent leurs spécificités, ils témoignent aussi d’évidentes similarités. L’une d’elles a attiré notre attention : le soin porté à la rédaction et l’effort de mise en page. Tout semble indiquer que ces journaux – les plus anciens étant même rédigés à la plume – sont en fait le fruit d’un travail de mise au net. Ainsi à la fin du cahier 1962-63 de Joël Le Gall, on trouve une petite liasse de documents parmi lesquels plusieurs pages arrachées à un petit carnet de poche. Le texte, systématiquement barré d’une grande croix, a été soigneusement recopié à l’identique dans le cahier qui n’est donc pas le support initial d’enregistrement des données. Il est difficile de dire si cette observation vaut pour tous les cahiers mais elle pousse à s’interroger sur le statut réel de ces journaux de fouille, et dans une certaine mesure sur leur(s) finalité(s).

Carnet Victor Pernet 1905-1907, p. 5-6

Cela vaut d’ailleurs pour les petits carnets de poche du fonds Victor Pernet – on en conserve 8 pour les années 1900-1914 – qui sont la source première des cahiers de fouilles (le texte y est parfois recopié au mot près) mais constituent pourtant une documentation à part entière, complémentaire des journaux de fouilles. Rédigés au crayon, ils présentent un style décousu où les notes archéologiques côtoient les chiffres de comptes et les informations pratiques sur le quotidien ou le déroulement des campagnes. Ces petits carnets accompagnaient Victor Pernet sur le terrain où ils jouaient un rôle fonctionnel. Au premier coup d’œil, les travaux du matin et leurs résultats semblent y être plus fréquemment et plus méticuleusement retranscrits que ceux de l’après-midi, qui sont, eux, retranscrits directement dans les journaux. Le carnet le plus ancien, de l’année 1905, est aussi celui qui contient le plus d’informations uniques, le journal de fouilles correspondant étant très lacunaire.

Cahier Larpin 1970 – Carrés D7, E6, E7

Il faut dire un mot également d’une catégorie de documents rassemblés dans le fonds Mangin sous l’appellation de « travaux étudiants » : 25 carnets pertinents à l’exploration de la Fanderolle entre 1968 et 1973. Ils correspondent à des carrés de fouilles spécifiques (C2, E6, F3, S2, etc.) dont ils constituent le journal de fouilles, tenu au jour le jour non pas par le chef de chantier mais par un responsable de secteur choisi parmi les étudiants-fouilleurs. Comment était-il désigné ? Avait-il un statut particulier ? Il est pour le moment difficile de le dire. Plusieurs carnets sont d’ailleurs anonymes. Ils semblent faire partie de la formation des étudiants dans la mesure où la tenue des carnets témoigne d’une dimension assez « scolaire » marquée notamment par un découpage en sous-parties qu’on retrouve reproduit plus ou moins à l’identique d’un carnet à l’autre. En revanche, leur caractère scientifique est indiscutable, aussi du fait de l’apparat iconographique de qualité qui illustre le propos (nombreux dessins de sondages, de coupes et de mobilier). Ces cahiers de secteurs étaient ensuite synthétisés dans le journal de fouilles du directeur de chantier (cf. Michel Mangin, cahier 1970-71-V). L’intérêt historique de ces documents pour la compréhension des fouilles est évident. De même, avec d’autres attestations – telle que la mention de « Maître-Fouilleur » attribuée à Marcel Maillard par Joël Le Gall à la première page de son carnet 1955-1958 –, ils nous renseignent sur l’organisation d’un chantier universitaire au cours des années 1960.

Au sein des journaux de fouilles, une évolution est par ailleurs sensible dans la place accordée à la documentation graphique. Dans les cahiers de Victor Pernet, les dessins sont très rares et assez petits : il s’agit de dessins d’objets, de schémas topographiques et de petits croquis réalisés à main levée dans le corps du texte ou dans ses marges. Les photographies sont, elles, absentes. Chez son fils, Henri Pernet, qui assure la direction des fouilles entre 1932 et 1949, au contraire les dessins sont nombreux, soignés, réalisés à l’échelle et occupent une grande partie de la page, et parfois une double-page. À la même époque, le cahier 1931 de Maurice Tardivon atteste aussi une riche illustration, mais cette fois sous la forme de grandes photographies agrafées aux pages (photos des structures, des blocs architecturaux, du mobilier significatif) qui se substituent aux dessins. Au-delà des habitudes de chaque fouilleur, de leur préférence pour telle ou telle méthode, l’évolution est probablement aussi technique. La photo ne s’invite pas dans les cahiers de Victor Pernet sans doute en raison aussi du processus photographique encore fastidieux et aux résultats variables, ce dont témoigne également la correspondance d’Henry Corot avec Émile Espérandieu conservée au Palais du Roure et ponctuée régulièrement de mentions d’épreuves photographiques ratées. Henri Pernet, dont les carnets attestent une solide maîtrise du dessin, marche dans les pas de son père en ce qu’il exclut totalement la documentation photo de ses carnets. Cependant, on doit certainement lui attribuer un riche corpus photographique, anonyme, conservé dans le fonds de la SSS tandis qu’on ne connaît pas d’équivalent pour l’activité de Victor Pernet. Dans les mêmes années, Maurice Tardivon fait pour sa part le choix de la photographie, ce qui pourrait être aussi l’indice d’un manque de familiarité avec la méthode du dessin archéologique.

Cahier Victor Pernet 1913, p. 50
Cahier Henri Pernet 1936, p. 24
Cahier Maurice Tardivon 1931, p. 16

Au fil des pages, on repère çà et là des ratures, des corrections, des ajouts dans le corps du texte ou dans les marges de la page. Si certaines sont de la main du fouilleur et rédacteur du cahier lui-même, d’autres sont clairement attribuables à des mains différentes, sans qu’il soit toujours évident de les associer à une personnalité ou à une époque précise. De tels ajouts sont par exemple évidents dans le cahier 1955-1958 de Marcel Maillard (notes au crayon, corrections du texte, décompte du matériel archéologique listé, etc.). On touche là un autre aspect intéressant de ces archives : la valeur des manuscrits originaux. Dans les années 1960, malgré la volonté de Joël Le Gall de réunir, conserver et diffuser (cf. infra) la documentation des fouilles d’Alésia, les cahiers n’ont pas encore acquis ce statut particulier d’objet patrimonial qui les rend intouchables si ce n’est par l’intermédiaire de discrètes mentions archivistiques. Objets d’étude avant tout, ils peuvent être corrigés, complétés ou annotés par d’autres mains, ce qui est aujourd’hui impensable. Les petits carnets de Victor Pernet n’échappent pas à ce dialogue par crayon interposé.

Originaux, copies et photocopies : préserver et diffuser les données de la recherche

Nous voudrions conclure ce bref aperçu des archives alisiennes par quelques observations sur le phénomène des doublons documentaires. On ne reviendra pas sur l’existence d’une copie de ces archives au bureau Alésia de l’université de Bourgogne, ni sur les vicissitudes de la composition du fonds marquée par des originaux non consignés, des lacunes et des redécouvertes, pour se concentrer ici sur la pratique de la copie des manuscrits originaux.

Le cahier 1955-1958 de Marcel Maillard en est un bon exemple : il existe en deux exemplaires manuscrits. L’un d’eux est richement illustré par 23 photographies ainsi que plusieurs dessins sur papier calque du mobilier diagnostique. Le second est identique au mot près, bien que moins soigné dans sa mise en page, sans toutefois que les photographies n’y soient reproduites : les légendes sont indiquées, l’emplacement pour les clichés est laissé libre mais seules deux photographies d’une petite statue ont été insérées dans le carnet. Les dessins sur calque en revanche sont bien présents. Le premier est l’exemplaire définitif qui était destiné à Jules Toutain (il est entré au Musée avec le fonds Toutain), sur la base duquel celui-ci rédigeait ensuite son rapport au ministère. Le second exemplaire est soit un premier jet, soit une copie que conservait Marcel Maillard (qui l’a ensuite donné à Joël Le Gall).

La conscience du caractère unique de ces documents transparaît clairement dans l’activité de Joël Le Gall dont on a déjà souligné les efforts pour regrouper la documentation des fouilles d’Alésia. Afin de rendre ces archives accessibles aux chercheurs, tout en en assurant la pérennité, tout un travail de reproduction des manuscrits a été entrepris au cours des années 1960-1970, donnant lieu à des exemplaires de différents types. Sur la première page du journal de fouilles de Michel Mangin pour l’année 1967-68 on trouve ainsi cette mention, signée par Joël Le Gall :

« Il existe 3 copies de ce journal A B C qui peuvent être empruntées. Le présent original doit rester à la Direction des fouilles »

Une mention identique, indiquant l’existence de 4 reproductions, est visible à l’ouverture du cahier 1969. Il s’agissait de photocopies reliées réalisées, par reprographie, dès l’époque de la collecte des documents. D’autre copies sont plus tardives. En effet, dans ces mêmes carnets, d’autres mentions renvoient directement cette fois à des photocopies partielles : les pages p. 39 à 200 de l’original de 1966-1967 ainsi que les pages 1 à 110 de celui de 1967-1968 sont explicitement indiquées comme ayant été photocopiées dès 1970. De même, dans les années 1960, des photocopies des cahiers de Victor Pernet ont également été faites. Plusieurs de ces originaux n’ayant pas été retrouvés lors du don des archives au Musée Alésia, ils ne sont connus que par ces copies qui acquièrent elles-aussi une valeur patrimoniale et ont été également numérisées par sécurité.

De nouveau, ces pratiques nous disent quelque chose quant au statut patrimonial de ces documents, qu’il est possible d’annoter ou de corriger mais qui ne peuvent être consultés que sur place du fait de leur caractère précieux en tant qu’originaux uniques. À un moment où l’original ne semble pas avoir encore acquis un statut d’archive historique, les copies le multiplient pour répondre à des exigences de mise à disposition des données de la recherche.

 

Auteurs : Lucas Aniceto, Viviane Raveneau

 

 



Citer ce billet
L. Aniceto, V. Raveneau (2022, 27 janvier). AUX SOURCES D’ALÉSIA : RETOUR D’EXPÉRIENCE ET PISTES DE RECHERCHE À DIJON. CARDO. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://cardo.hypotheses.org/350

  1. Voir à ce sujet l’enquête de Sylvie Fayet, « Documenter l’absence : les archives d’archéologues », Sciences de la société [En ligne], 89 | 2013, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 13 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sds/301 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sds.301 []
  2. E. Rabeisen, « Les archives d’Alésia : 200 ans de mémoire pour 2000 d’Histoire », BSSSFA, t. XII, fasc. 1-2, 1999-2000, p. 17-26 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search